L'après Bataclan

Responsabilité

Cette semaine, on m’a posé une question très intéressante : est-ce que tu te sens responsable de ce qui s’est passé il y a quatre ans ?

Le contexte est que je ne suis pas en forme moral, bien qu’en globalité tout va bien.

La question posée est vraiment intéressante parce que j’aurai pu me sentir responsable. Ça a dû l’être au début, mais ce n’est pas/plus le cas. Je ne me sens pas responsable de ces attentats. Je n’avais pas les armes en main et je n’ai pas cherché à tuer qui que ce soit.

Par contre, je me sens mal, car je ne me sens pas légitime. Je suis une victime, je suis légitime de ce statut même si ça ne reflète pas qui je suis. Mais je ne me sens pas légitime d’être en vie et d’avoir survécu.

Chaque année, c’est la même rengaine. Qu’est-ce que j’ai apporté de plus que l’année précédente à qui que ce soit ? En finalité, pas grand chose.

On pourrait me dire que je devrais donner mon temps à des associations au lieu de chouiner. Sauf que mon état psychologique ne me le permet pas.

J’avance oui, ça ne fait aucun doute là-dessus. Mes séances psy s’espacent de plus en plus, mon intérêt pour l’association des victimes d’attentat s’évapore, je construis ma vie petit à petit.

Mais non, le 13 novembre est un rappel à l’essentiel.

Qu’ai-je fait de bon cette année ? Qui ai-je aidé ? Est-ce que j’ai été une bonne personne ? Pour moi, pour eux ?

Et c’est ça qui est dur, parce qu’au fond, je me dis que je n’ai jamais fait assez. Que ces gens, qui sont décédés, dont beaucoup étaient actifs en assos ou autres, auraient fait bien plus que moi. Ils auraient certainement mené leur vie d’une meilleure manière.

Ce n’est pas évident de faire un reset chaque année.

Si tu es l’auteur de cette photo, identifie toi en commentaire 🙂

8 commentaires sur “Responsabilité

  1. Quelle étrange question on te pose là ?
    Je crois qu’il n’y a pas de réponse à apporter à cette prétendue « responsabilité » . Tu dois d’abord penser à toi.
    Crois tu que ceux qui n’étaient pas là bas se sentent coupable d’être en vie ? Personnellement je te réponds non. Je ne suis pas coupable d’être en vie à la place de tel ou tel, et mes parents ne sont pas coupables de me l’avoir donnée. Le destin est ainsi fait. Peut être ce matin quelqu’un prendra la route et ne rentrera pas chez lui tandis que bien d’autres auront passé une journée sans aucun accroc. Doit on se sentir coupable d’être encore en vie le soir venu ? Je ne pense pas. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Je te rassure, la question n’était pas « méchante ». Dans le contexte, c’était une question réflexion, c’est à dire que c’était pour me faire réfléchir et non un jugement ^^.

      Je suis d’accord avec toi, vraiment. Mais tu sais quand on a vécu un trauma, quelque soit, on nous demande d’aller mieux.
      Parce que c’est rassurant.
      On m’a dit, par exemple, une semaine après le Bataclan que je devais arrêter de pleurer et de me plaindre parce que 200 autres auraient voulu ma place.
      Dans un accident de la route, on ne dit ça a personne. Enfin je ne pense pas.

      Donc la culpabilité est forte et pour le moment je n’arrive pas à passer au-dessus.

      Merci pour ton message. Il me fait du bien. ❤️

      PS: j’ai vu joker et ça ne m’a pas chamboulé plus que ça. Très intéressant par contre.

      Aimé par 1 personne

  2. Pourquoi penses tu que les autres auraient fait mieux?
    Est-ce qu’il faut absolument aider les autres pour être quelqu’un de bien?
    Est-ce que parce qu’on a vécu quelque chose de terrible qu’on doit absolument donner de son temps aux autres?
    Reconstruire sa vie c’est déjà pas mal non?!

    Je pense – même si je ne te connais que par le biais de tes articles – que tu avances, chaque jour, chaque année. Même si tu n’avances pas comme tu aurais aimé le faire peut-être.
    Quatre ans, je sais je me répète mais ce n’est rien à l’échelle de ce que tu as vécu. Cet évènement sera toujours en toi comme l’est une cicatrice sur la peau. On peut surmonter, dépasser le traumatisme mais pas le rayer de sa vie.

    Je te trouve assez dure envers toi même. Mais c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité, j’en ai bien conscience!!
    Je t’embrasse et prends soin de toi.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai eu la mauvaise idée a l’époque de lire tous les profils des personnes décédées.
      Elles avaient toutes fait quelque chose dans l’humanitaire enfin tu vois ce que je veux dire…

      Je ne sais pas. J’ai l’impression qu’il faut qu’on utile pour la société pour les autres. Parce qu’on a vécu un truc surréaliste. Qu’on a pas le droit de vouloir juste vivre normalement.

      J’avance oui.. j’ai une vie qui dégoûte les gens. Que ça soit parce que je suis dans une norme dans la société ou parce que j’ai réussi mieux que l’on aurait pensé.

      Je sais que la cicatrice sera présente mais je pensais que j’arriverai a faire en sorte que cette journée devienne une journée parmi d’autres… Et ce n’est pas du tout le cas…

      Mon corps me le montre, mon moral aussi.
      J’ai eu l’impression que mon coeur voulait sortir de mon corps hier…

      Je le suis. Parce que je ne pense pas avoir mérite cette chance de survivre.

      Je te fais d’énormes bisous Marie.
      J’espère que ça va ❤️❤️❤️

      J'aime

  3. Je trouve cette question très saugrenue …
    Comment peut-on être responsable d’un acte décidé et perpétré par d’autres…
    Certes, tu étais présentes, mais réactrice et pas actrice.

    Quid des conséquences de cet acte odieux …
    La vie, ta vie est pavée d’évènements de la sorte, qui ont changé la face des choses, qui ont fait que c’était toi et pas une autre.
    Depuis ta naissance; des millions de spermatozoïdes et c’est le tien qui l’a emporté!
    Et si c’était l’autre, peut-être un garçon, ou des jumeaux, un futur génie, ou un tueur fou !!
    Et ce taxi que tu as prix au nez et à la barde d’un autre, ou qu’un autre à pris juste devant toi … ces quelques minutes de décalage ont peut-être évité des accidents, ou en ont favorisé d’autres.
    Les boucles de « what If » sont infinies, idéales pour se perdre dans des conjectures stériles, ce qui s’est produit s’est produit, qu’on le veuille ou non, qu’on l’accepte ou non.
    On peut tout au plus en tirer des conséquences, mais peut-on vraiment changer …

    Courage la belle !

    Aimé par 1 personne

    1. La question posée était plutôt dans le sens  » est ce que tu te sens coupable/responsable d’être en vie plutôt qu’un autre  »
      Dans la conversation, il n’y avait rien de choquant et la personne est très intelligente pour me poser les bonnes questions pour me faire réfléchir ^^. Pas de jugement hâtive du coup 😉

      Je suis d’accord avec toi mais cette question de légitimité reste et je n’arrive pas à l’enlever de ma tête. Je t’assure que ça me bouffe. Ça me fait travailler les méninges et m’épuise.

      Les réflexions que j’ai pu avoir aide à ce genre de questionnement. Puis la société cherche aussi a nous faire culpabiliser, faut se l’avouer..

      Enfin voilà.. pas évident..

      Merci 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s