L'après Bataclan

Égoïsme ?

Après le Bataclan, on apprend, un peu, à se recentrer sur soi. C’est une bonne étape, voire, c’est une étape obligatoire/essentielle pour ne pas se perdre.

Pour ma part, ça m’a permis de comprendre mes symptômes liés aux crises d’angoisse, de les voir venir et me mettre en position pour les calmer. (je parle des grosses et petites crises qui m’arrivait régulièrement en 2016.) J’ai appris à vivre, en partie, avec l’angoisse en fond. J’ai appris à dompter ma peur pour chaque son sec. Mon cerveau, aujourd’hui, s’est presque habitué. Je sursaute toujours autant dès qu’il y a un bruit mais, je ne suis plus en état d’angoisse dans la demie heure pour une porte ou un pet.

Par contre, malgré les évolutions, l’angoisse de fond (c’est à dire la peur au ventre) reste permanente. Elle est accentuée quand je fais un déficit sévère en vitamines ; quand mon sommeil est instable ou que le tout est accumulé.

Cependant, je parle facilement de mes « soucis », à la psy, au doc, aux amis, même à des connaissances, et sur ce blog… Comme pour  essayer de désarmer mon angoisse qui ne part pas. A force, je me demande si je suis pas trop centrée sur moi. A force je me demande si je suis trop égoïste. Je parle tellement de mes angoisses que j’ai l’impression que je ne vis que par elles. J’ai l’impression d’être une autre et de ne pas réussir à vivre sans cette sensation dans le ventre. Sans cette envie de vomir d’angoisse…

Je me sens stupide, fragile. J’ai honte de cet état et je n’arrive pas à m’en sortir. Du coup, je parle au point de me saouler moi-même et ça doit être bien lourd pour vous et mes amis..

Je ne veux pas être de ce genre d’individus qui ne sait que parler de leurs problèmes.. je ne veux pas être une charge.. je ne veux pas qu’on se dise : « Tiens qu’est ce qu’elle va encore me dire pour se plaindre. Quel est son problème du jour? »..

Sans m’en rendre compte, je m’éloigne. Je continue à parler.. Mais je m’éloigne tout de même..

@jeremievillet (Les Others)
Publicités

10 commentaires sur “Égoïsme ?

  1. Se recentrer sur soi n’est pas être égoïste à mon avis. Juste une étape essentielle dans le processus.
    Oui c’est vrai au final ça finit par fatiguer les gens qu’on en parle encore et encore. Certains ne disent rien mais ca se sent quand d’autres te lancent sans préavis « Tu vas continuer à nous saouler longtemps avec tes histoires ».
    Sur le moment c’est la colère qui a primé puis un jour j’ai réalisé que je ressassais beaucoup et que ça ne m’aidait pas à aller de l’avant.
    Après chaque expérience est différente et chaque angoisse aussi.
    Courage ma belle.
    Affectueuses pensées.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je suis d’accord qu’il faut se recentrer sur soi au départ.
      Mais je me demande si je suis pas devenue lourde ?
      On ne m’a jamais fait de réflexions et mes angoisses actuelles sont différentes de celles de 2015/2016.

      Je ne suis même pas sûre que je serai en colère si on me disait clairement que je fais chier. J’admettrais et je demanderais pardon.
      Je me sens perdue :).

      Bisous ❤️

      J'aime

  2. Je pense que tout est une question d’équilibre.

    Je n’ai jamais rien vu d’égoïste au geste de ce recentrer sur soi. En fait, je trouve ça tout à fait naturel ! Selon moi, on doit être son propre centre, et toujours prendre soin de soi, être capable de revenir à soi.

    Que sur ton blog, tu parles beaucoup de tes angoisses, je n’y vois pas non plus d’inconvénient. S’il est ton espace pour en parler … Il t’en faut un, celui ou un autre. Et si ça dure des années, c’est qu’il te faut des années.

    Par contre, si tu te rends compte que tu ne parles vraiment QUE de ça, peu importe avec qui tu es ou ce que tu fais, il y a peut-être quelque chose à modifier. Que ce soit pour les autres qui peuvent être dépassés, ou pour toi qui ressasse sans cesse, et quelque part qui t’enferme et qui alimente cet état de fait.

    Après … C’est délicat. C’est normal, je trouve, quand on vit quelque chose de traumatisant, que pendant un certain temps on ne parle QUE de ça. Ca fait partie du processus, et c’est plus ou moins long en fonction du vécu et de la personne. Difficile de savoir où on se situe. Ca m’est arrivé à moi aussi.

    Dans ma famille, j’ai une personne qui ressasse sans cesse son traumatisme, depuis plus de 10 ans maintenant. Elle n’avance pas dans sa vie, pour elle tout tourne autour de ça, tout est à cause de ça. Tout en découle et en soi, c’est vrai. Mais elle semble s’être enfermée là-dedans, c’est devenu son identité.
    Après 10 ans, son entourage – moi incluse – finit par penser que ça ne sert plus à rien d’en parler et de continuellement remettre le sujet sur le tapis. Elle nous saoûle, on a envie de l’éviter, ou au moins de réussir à détourner la conversation. Mais on n’est pas à sa place alors …

    J’évite toujours de juger. Je me dis que chacun fait au mieux avec ce qu’il a. Mais l’égoïsme pour moi, c’est un concept à la con. Nous sommes tous égoïste chaque jour et c’est NORMAL.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup pour ton message !

      Je pense aussi qu’il est important de se recentrer sur soi. Mais pas de manière abusive !

      Pis je ne parle pas que du Bataclan. Et dans mon article en fin de compte, je ne parle pas de ça.. Ce dont je parle ce sont surtout de mes angoisses.. qui ne sont pas liées au Bataclan d’ailleurs.
      J’ai juste du mal à gérer ces nouvelles angoisses qui sont différentes de »avant »

      Je ne veux pas être cette personne de ta famille et j’espère que je ne le suis pas. Je ne sais pas où me situer et ça me fait peur..

      Merci de me rassurer sur ce point : nous sommes tous égoïstes en fin de compte.

      J’espère que tu vas bien/mieux, Rozie. Je pense à toi 🙂

      J'aime

  3. Est-ce qu’on t’a déjà fait des remarques à ce sujet ou est-ce tes craintes ?
    Ce traumatisme fait parti de ta vie et c’est bien normal de ressentir encore cette angoisse. Un trauma fige le temps, on reste bloqué. Parles en librement et peut-être qu’un jour tu ne ressentiras plus le besoin de le faire tout naturellement… Pour le moment, prend soin de toi, si en parler te soulage 😉

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    J'aime

    1. Coucou 🙂

      Non, on ne m’a pas fait de remarques.

      Les angoisses que j’ai actuellement ne sont pas liées au Bataclan. Mais vu que je ne connaissais que cela, ça me perturbe un peu.

      Je sais que je ne suis pas claire dans l’article, ni dans mes propos actuels.

      Ma seule crainte est que je saoule que ça soit lié ou non au Bataclan 🙂

      Je te remercie pour ton commentaire !

      J'aime

  4. La 1ère chose à laquelle ton article m’a fait penser, c’est… moi 😀
    Je suis possiblement hors sujet. En fait, pour être plus précise, j’ai repensé aux crises d’angoisse que j’ai commencé à faire en voiture. Ma psy m’avait expliqué que j’étais en hyper vigilance depuis l’accident que j’ai eu. Et j’ai fini par me rendre compte que je n’avais pas envie de sortir de cet état de vigilance extrême parce que c’est un moyen de me protéger. C’est une bonne excuse pour éviter la voiture quand je peux, déjà… et parce que j’ai l’impression que si je reviens à une vigilance « standard » ça ne sera pas suffisant, et que je vais forcément avoir un accident plus malchanceux.

    Quand on en a parlé avec ma psy, elle m’a expliqué que c’était du stress inutile, plus que de la vigilance utile… (je résume, parce que j’ai compris le truc et ça a suffit pour me faire baisser un peu mes angoisses. Par contre j’ai du mal à trouver les mots pour l’expliquer)
    Je ne dis pas du tout que c’est similaire à ce que tu vis, mais c’est ce à quoi j’ai pensé en te lisant 🙂

    En tout cas, au vu du traumatisme que tu as eu, je ne peux qu’imaginer le long processus pour aller de l’avant… ça ne me paraît vraiment pas fou que tu aies besoin de parler! Ça me semble tellement indispensable, et logique. Et je peux imaginer que ce ne soit pas un processus linéaire que de traverser un tel traumatisme.

    De ce que je vois de toi, j’ai l’impression que tu as de la marge avant d’abuser vraiment des autres… plein de soutien pour toi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je me prends enfin le temps de lire, posément, ton/tes commentaire/s. Enfin surtout d’y répondre.

      Première chose, ne t’inquiètes pas, la plupart du temps si je mets du temps à répondre, c’est que je veux bien faire et ne pas répondre à la volée. Tu ne m’as blessé, froissé et même si c’est le cas, c’est qu’il y a une réflexion de mon côté à avoir 🙂
      Deuxième chose: Merci! Merci infiniment de toujours te prendre le temps de m’écrire. De m’aider en mettant en situation un événement qui t’aies arrivé pour m’expliquer ta réflexion.

      Sache que tu n’es pas totalement hors sujet dans ce que tu me dis. Entre ce commentaire et mon article suivant, il y a eu un rendez vous psy. Et ça aide!
      Donc oui, actuellement j’ai des angoisses qui ne sont pas liées au Bataclan, ET ça me perturbe. Je ne comprenais pas..
      Et comme tu me le dis, c’est un mode de protection d’être dans ce « monde ». Pour ma part, je n’ai pas fuis les lieux qui pouvaient me faire peur. Mais ne plus avoir cette angoisse « Bataclan » au dessus de ma tête, me perturbe. J’ai été dirigé par ça depuis 2015, et d’un coup, je me sens « mieux »? Il y a de quoi chamboulé mon rythme, mes pensées.

      Je continue à te répondre sur l’autre commentaire car tu parle d’autres choses qui sont importantes ^_^

      J'aime

  5. En lisant les commentaires, et le fait que tes angoisses ne sont pas toutes liées au Bataclan, j’ai eu envie de t’envoyer un autre petit mot 🙂
    Je me disais que, quoiqu’il en soit, toutes tes angoisses ont une raison d’être et qu’il me paraît important que tu puisses en parler et être écoutée ❤
    Le fait qu’elles ressortent (que ce soit en rapport ou non avec le Bataclan) n’est pas anodin.

    Pour ce qui est de « trop » parler ou pas, je reste sur ce que j’ai écris dans mon 1er commentaire… même si je peux comprendre ta crainte.
    Pour ma part la personne à qui je préfère parler reste ma psy. Au moins je sais que je n’ai pas peur de lui casser les pieds xD
    Je crois qu’à un moment je me sentais trop redevable quand quelqu’un prenait le temps de m’écouter… mais je ne pense pas que ce soit une bonne chose haha.
    Plein de pensées chère Vae.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, c’est ça. J’ai (re)découvert que mes nouvelles angoisses, sont en réalité des angoisses me concernant. Et non plus pour un événement donné. Il n’y a plus de fondement.
      Ce qui me permet de travailler sur un autre aspect avec la psy :).
      Ca me donne la sensation d’évoluer !

      J’ai toujours cette angoisse d’être un boulet.. Je le suis certainement pour beaucoup de monde en réalité. Sans m’en rendre compte.. Mais je fais au mieux pour évoluer, pour grandir..

      Je suis un peu pareille.. Je me sens redevable et je culpabilise d’être « faible ».

      Merci pour tout. Je le répète à chaque fois, je sais, mais c’est sincère.
      Je te fais d’énormes bisous Marie La Clé ❤

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s