L'après Bataclan

Que du bonheur.

Que du bonheur, de se lever avec l’angoisse en fond. Comme un mal de crâne mais psychologique. Et un peu physique quand même, à cause de la nausée et des petites crampes au ventre.

Que du bonheur, de partir à un concert à plus d’une heure et demi de route et de sentir que l’angoisse augmente, sans raison.

Que du bonheur, d’entendre sa moitié dire qu’une migraine s’installe. Et donc de savoir à l’avance qu’il va falloir que je fasse le chemin du retour quoi qu’il arrive.

Que du bonheur, d’arriver proche de la salle, et d’avoir les larmes qui montent. Encore plus quand je vois la foule partout.

Que du bonheur, d’avoir les larmes qui se roulent doucement sur mes joues et de voir ma moitié partir en malaise. Commencer ma crise de panique en silence sans pouvoir faire quoi que ce soit pour ma moitié, qui s’était assis. Car même si je sais dire « eau » et « sucre » en allemand, je ne pouvais pas m’approcher du bar rempli de gens qui bousculent, qui discutent, qui traînent. Je ne pouvais pas prendre sur moi sans éclater en sanglot. Quelle nullité.

Ma moitié se relève tant bien que mal et je l’aide à aller au bar pour qu’il puisse acheter de l’eau. On se réinstalle dans notre coin… Le concert débute.

Que du bonheur, de voir que je ne suis pas foutue de supporter des stroboscopes, qui me rappelle sans cesse les coups de kalash. Je pleure. Je prends sur moi pendant une demie heure peut-être, en espérant que moitié apprécie à minima le concert.. Au bout d’un moment, ne supportant plus grand chose, je lui demande si ça va. Il me répond « sais pas », s’il veut rester « sais pas ». Ok, il va mal et il est perdu. Je lui dis qu’on rentre « sais pas ». Je commence à paniquer, je ne sais pas s’il veut rester mais je suis en train de partir en couille dans ma tête avec des projections d’attaque terroriste dans la salle. Et regarder droit dans les yeux les stroboscopes me donne la gerbe.

Je panique.

Que du bonheur, d’arriver au parking et de voir que notre ticket ne fonctionne plus.. je panique.. je veux rentrer. J’en peux plus. Je craque. J’aurai aimé donner des coups à la machine pour me défouler et me sentir un peu vivante.. Moitié me serre fort dans ses bras, mais je l’ignore presque parce que je meurs de l’intérieur. Je suis partie dans mon monde. Il ne peut plus rien faire.. On arrive à gérer le souci. On rentre.

Je vais mal. Je prends sur moi et conduis les 1h30 qui nous sépare de chez nous. J’ai envie de pleurer.. mais la météo s’en charge assez bien pour que j’inclus une difficulté supplémentaire à ma route.

Je vais vraiment mal. On nous traite égoïste quand on parle de vouloir en finir. Mais l’égoïsme ne vient peut-être pas de nous en fin de compte, mais de vous? Peut-être avez-vous peur d’être délaissé ? Parce que nous voir souffrir, nous faire bouffer par les angoisses, les carences, les insomnies, les idées noires c’est beaucoup mieux que de nous savoir soulager?

Quand on est suivi, comme moi, que je parle de mes soucis très facilement au médecin, à la psy, à l’association et qu’il n’y a pas de changement.. Ou que les seules actions que l’on voit pour nous épauler viennent de notre cercle et non de l’Etat, qui est en totale responsabilité de notre vécu, ça commence à faire chier.

Que du bonheur, d’avoir vécu et malheureusement survécu à un attentat, de devoir supporter les biens pensants, de devoir supporter les crises.

Putain.

Que du bonheur.

Beauty Of Nature 

25 commentaires sur “Que du bonheur.

  1. En finir n’est pas égoïste mais n’est pas la solution à mon avis. Chaque fois que tu vas à un concert ça ta renvoie à ce que tu as vécu C’est inévitable. On ne peut pas guérir aussi vite en faisant face régulièrement à ce qui nous oppresse.
    Le travail dure longtemps. Il faut être patient. Un jour on en revient. Pas à pas.
    Nos expériences ne sont pas identiques mais ont quelques points communs.
    Le temps est ton meilleur allié. Et un travail psychologique aussi.
    Je t’envoie de tendres pensées.

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui je sais mais c’est rude.

      Je ne sais pas quoi te dire, a part merci de ne pas m’avoir jugé.

      Le travail est trop long a mon gout. Et j’ai été a de nombreux concerts depuis mais j’ai parfois du mal.. je ne comprends pas.
      Ça m’agace. Je gache tout

      Bisous à toi
      Passes une agréable journée 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Te juger. Pourquoi?
        Il est clair que certains concerts ne sont peut être plus d’actualité pendant un certain temps.
        C’est terrible d’affronter ses traumatismes. Tu ne gâches rien, tu apprends à revivre. Comme un enfant qui fait ses premiers pas. Tu avances. Tu tombes. Puis tu te releves et tu repars avec l’envie de sortir la tête de l’eau.
        Grosses bises ma belle.

        J'aime

        1. Juger parce que cette envie d’en finir n’est pas toujours compréhensible pour le monde. Parce que c’est égoïste de laisser la famille etc. Etc.

          Oui c’est certain. Ça me désespère d’être aussi fragile. J’aimerai pouvoir en profiter pleinement. Mais je vois bien que ce n’est pas possible. Je suis dans l’angoisse depuis ma crise. Je tremble légèrement.

          Je gache des soirées qui auraient pu être memorable. Si je gachais que ma soirée ça ira mais non..

          Ton image me correspond bien.
          Merci pour ta compréhension Marie.
          Je t’assure que ça me fait beaucoup de bien.
          Gros bisous. Bonne journée a toi ❤️

          J'aime

  2. Un vrai cauchemar qui revient sans cesse. Je te conseille quelques concerts de musique classique, c’est moins violent pour une ré-acclimatation, et ça t’ouvre d’autres univers sensoriels. Quoi qu’il en soit, je suis de tout cœur avec toi pour ce retour au son.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ça fait depuis décembre 2015 que je vais a des concerts. Selon le contexte (la salle, la période, les gens, le style musical…) Je le vis plus ou moins bien.
      Je peux passez de très bons moments.
      Je sais maintenant que je ne peux strictement plus aller à un concert où l’utilisation des stroboscopes est excessives.
      Je me sens juste faible et stupide.
      Ma moitié qui fait un malaise et suis même pas foutue de pouvoir l’aider et soutenir…

      En tout cas ton idée peut être intéressante. Mais je peux faire des crises a cause du son de la batterie peut être similaire a des coups de Kalash.

      C’est gentil merci beaucoup

      Aimé par 1 personne

      1. Dans ce cas, éviter aussi les orchestres symphoniques qui peuvent être très percussifs. Privilégier les quatuors ou le piano.
        Où bien revenir au minimalisme folk, guitare sèche + voix.
        Concerts electro ou métal à éviter donc. Tiens justement, je compte aller voir le po sur l’électro à la Philarmonie aujourd’hui.
        Bon courage. 👍

        Aimé par 1 personne

        1. Oui c’est ça.
          Il y a aussi les concerts de jazz que j’arrive pour le moment a apprécier sans être crisper.
          Ce sont les meilleurs les concerts sèche +voix.

          Bon concert a toi !
          J’ai un autre concert demain soir. Je vais voir Aqme. Mais ça devrait le faire parce que j’ai toujours voulu les voir et c’est un groupe de mon adolescence. L’envie, la joie, je l’espère, passera avant l’angoisse.

          Désolée pour les fautes, les oublis de mots. Je suis a la ramasse..

          Aimé par 1 personne

  3. Coucou la belle,
    Ce n’est pas parce que la thérapie ne fonctionne pas qu’une thérapie ne peut pas fonctionner, il faut peut-être changer des choses.
    Tu as de la résilience en toi et tu vas trouver des solutions

    Aimé par 2 personnes

    1. Coucou,

      Je ne sais pas quoi changer.. 😦
      J’ai tente d’autres psys et c’est pas très concluant. Je me sens vraiment bien avec ma psy. L’emdr.. j’y pense même plus. L’hypnose m’angoisse donc pas d’intérêt… Je ne sais pas.

      Ouais. Suis assez tenace comme mauvaise herbe. Même si j’ai les idées extrêmement noires, j’ai toujours l’once d’espoir.

      J'aime

  4. Je ne comprends en quoi c’est égoïste… comme dit Marie, je ne pense pas que ce soit la solution, mais qui peut se permettre de juger les difficultés que tu affrontes?
    Je ne trouve rien de lâche ou de faible à ce que tu décris. Ça se saurait, si c’était simple, d’apprendre à composer avec soi même et avec ses traumatismes.
    Je t’envoie des wagons de douceur. (Quoi, non ce n’est pas exagéré :p)

    Aimé par 1 personne

    1. Huhu je pense que j’aurai compris mais tu fais bien de rectifier la faute. On sait jamais avec ma fatigue

      C’est égoïste parce que le suicide est un acte violent et que les conséquences sont pour la famille ensuite.
      Tout le monde peut se permettre de juger. Tout le monde..

      Je me trouve très faible. Je n’arrive à rien affronter.. je subis bêtement.. d’autres vivent des choses bien plus rudes et arrivent à l’surmonter..

      Je ne dis pas non a tes wagons. Ça me plaît bien ,❤️❤️❤️
      Merci beaucoup beaucoup Marie ❤️❤️❤️❤️

      J'aime

  5. Je rejoins sweet-things…N’importe quelle thérapie ne fonctionne pas toujours. C’est très personnalisé. Tu essayes quelques temps. Tu ne vois pas d’amélioration. Tu en cherches une autre. Et tu recommences jusqu’à ce que tu trouves celle qui fonctionne pour toi. Tu sais, mon histoire n’a rien à voir avec la tienne mais je suis tombée en dépression en 2007 pour ne finalement commencer à voir le bout du tunnel qu’en 2015, lorsqu’enfin je me suis permise de m’écouter moi et pas les autres, lorsque je me suis permise d’arrêter des trucs qui ne me convenaient pas et choisir des voies peut-être moins orthodoxes mais salvatrices pour moi. Courage, je sais que parfois, ça s’apparente à l’enfer, mais tu vas finir par trouver la clef. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas thérapie spécifique. Je suis juste suivie pas une psychologue ^_^. Rien de plus, rien de moins 🙂

      Oui, le plus important c’est de s’écouter soi. Et seulement soi. Mais parfois, mon Moi n’est pas délicat. Je fais au mieux ^_^.

      Je te remercie pour tes doux mots, ils me font du bien.
      Je te fais de gros bisous
      Et merci encore pour ton témoignage! Ca fait du bien de lire qu’on peut y arriver 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Dans les traumatismes comme le tien, c’est vraiment l’emdr qui est recommandé. Je ne sais pas si tu as lu le livre de David Servan Schreiber « Guérir l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse ». Il y parle de sa propre évolution en tant que psychiatre et des différentes alternatives possibles…Perso, ça m’a bien aidé il y a quelques années

        Aimé par 1 personne

              1. D’abord, elle a mis deux mois pour commencer l’emdr…Elle a voulu travailler mes ressources, elle disait, avant de s’attaquer au gros du sujet. Je réagissais très fortement mais j’avais l’impression que ça me faisait du bien…Après trois séances, elle a décrété que ça ne marchait pas chez moi pour revenir me le reproposer 7-8 mois plus tard…J’ai arrêté la thérapie à ce moment-là. Je n’avais plus confiance…

                Aimé par 1 personne

                  1. J’ai lu ton post et je comprends que tu aies eu envie de te barrer. Je l’aurais fait sans essayer l’emdr avec elle. Faut avoir confiance pour ça. A croire qu’elle avait eu son diplôme dans une pochette surprise…L’empathie était où? C’est la base quand même. ça me révolte …et quand je pense aux thunes qu’ils se font…Bref! J’espère qu’un jour tu trouveras le bon ou la bonne technique 😉

                    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s