L'après Bataclan

Sommeil

«  Est ce que ça vaut le coup de continuer à vivre quand les symptômes persistent et sont encore aussi présents après trois ans ? »

Voilà. Cette phrase est sortie d’un peu nulle part pendant ma séance avec ma psychologue. Ça a déclenché pas mal de chose.

J’en suis venue à cette phrase parce que je lui racontais à quel point, je suis épuisée. J’en parle souvent je le sais. Mais ma fatigue actuellement, m’handicape énormément. Oui je me plains et je ne devrais certainement pas.

Mon sommeil.. il n’est pas réparateur depuis des lustres. Ça doit bien faire 8 ans. Mais le problème que j’ai aujourd’hui, c’est qu’il atteint mon moral et mon physique. On peut faire les choses malgré la fatigue, mais quand c’est accompagné d’autres symptômes, je vous assure que c’est plus dur.

Je continue ma vie malgré ça. Pour vous expliquer mon handicap, je vous décris une journée type:

Après une nuit agitée, avec mauvais rêve (ou pas), une nuit saccadée, réveillée régulièrement, je me lève enfin. Je suis aussi épuisée que la veille. Me relever du lit me donne des tournis. Pas de chichis je me lève parce que j’ai un programme à suivre. La journée continue avec les vertiges et si j’ai de la chance des maux de tête. Le genre où j’ai un éclair qui me passe au niveau des tempes et qui disparaît aussitôt. Ça fait mal sur le coup mais ça passe aussi vite. Mais ça épuise. Mon corps s’épuise. J’essaye de garder ma concentration qui faiblit d’heure en heure. Je tremble d’épuisement. Mon corps ne tient plus et lutte pour me garder éveillé. Je fais au mieux.

Quand j’arrive enfin au soir, je m’endors assez rapidement et le cercle recommence. Avec de la chance, je me réveille en plus deux heures avant mon réveil. Comme ça, j’ai le temps de prendre sur moi sur ma journée à venir avec mes symptômes.

Je n’ai pas à me plaindre, je sais, il y a pire comme situation. Mais l’impact de ces mauvaises nuits est mon moral. Je suis irritable. Je n’arrive plus à avoir les idées claires et je pense ne mériter absolument rien de ma vie actuelle. Mon Damoiseau, j’essaie de le faire fuir pour qu’il puisse vivre pleinement plutôt d’être avec une handicapée de la vie. Parce qu’il ne mérite pas de (me) subir.

Je sors pratiquement plus parce que je me sens mal. Je n’ai plus d’énergie. Quand je sors, j’ai envie de rentrer parce que c’est dur de tenir une conversation quand l’épuisement est là. Parce que c’est dur de rester éveiller quand on ne souhaite que dormir paisiblement.

Mon corps, mon esprit et moi-même n’en pouvons plus. Je suis à bout.

Demain est un autre jour.

Ça va aller.

Photo: J.Diego PH

26 commentaires sur “Sommeil

  1. Tu n’as pas idée comme je te comprends. J’ai aussi écrit plusieurs articles sur mon non-sommeil l’année dernière. C’est l’enfer. Surtout au début, les premières années parce que toute la vie on a entendu qu’on ne peut pas vivre avec un sommeil pourri et c’est vrai, qu’on ne peut pas vivre comme une personne qui pète la forme, mais il y a aussi une grande part psychologique dans l’épuisement que l’on ressent, à cause de tout ce qu’on a toujours entendu sur les dangers du manque de sommeil réparateur justement. Je crois que la clef est de s’écouter mais pas trop trop car alors, tu ne fais plus rien de tes journées. Courage à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Ça fait combien d’années que tu luttes contre le non sommeil ?

      Je n’ai pas vraiment eu de psycho suite a ce que j’ai entendu sur le sommeil. Je sais par contre que c’est lié a mon vécu et a la part inconsciente de mon cerveau etc.

      Je n’ai pas la possibilité de me reposer en journée
      Je le faisais avant, quand je pouvais, et ça m’aidait a tenir. Je m’écoutais enormement pour ne pas m’épuiser plus . j’ecoute encore mon corps. Sauf que je fais au mieux avec ma vie actuelle .

      Merci pour ton commentaire ! Courage a toi aussi ! :/

      Aimé par 1 personne

      1. Depuis 2009 dans mon cas et la prise d’antidépresseurs qui ont détruit l’architecture de mon sommeil. Je ne me repose pas en journée non plus. C’est impossible pour moi. Si c’est lié à ton vécu, peut-être qu’il y a de l’espoir alors, avec du temps et la personne adéquate pour t’accompagner. Je l’espère pour toi, dans tous les cas.

        Aimé par 1 personne

        1. Je sais de quoi est lié mon mauvais sommeil mais ça n’aide pas forcément a l’améliorer. J’ai des soucis a peu près a la même période que toi. Ça s’est amplifié en 2015 et dégrader totalement ces derniers mois voire ces dernières semaines.

          Je sais que je peux y arriver ^^ . Je suis une défaitiste optimiste.

          De ton côté tu ne sais pas forcément pour quelles raisons tu dors mal ?

          J'aime

  2. Ben si les médicaments…Rien de psycho pcq j’avais plus de soucis dans ma vie à l’époque où je dormais. D’ailleurs, je fais très bien la différence entre une nuit sans sommeil à cause d’angoisses ou de déprime et une nuit sans sommeil à cause de « rien ». J’ai arrêté les médocs il y a 4 ans maintenant et mon sommeil n’est plus aussi inexistant qu’à l’époque, il y a eu des progrès mais il est toujours loin d’être normal. Cela dit, je garde espoir à cause de ces améliorations.
    J’y crois aussi pour toi. Il y a des périodes très mauvaises, mais les choses évoluent et le temps passe et apaise certaines blessures.

    Aimé par 1 personne

    1. D’accord.
      C’est bien que tu puisses faire la différence. C’est déjà énorme!

      C’est aussi bien que tu aies pu arrêter les médicaments.

      Je sais que les choses évoluent. C’est juste un peu plus rude actuellement ^^
      Merci beaucoup pour tes encouragements !

      Aimé par 1 personne

  3. Il y a certainement des causes psychologiques à ce sommeil difficile. Mais les vertiges, maux de tête, l’épuisement c’est peut-être le signe d’autre chose. Je n’y connais rien. J’ai toujours bien dormi (sauf les cauchemars) et les années où je ne dormais pas c’était la peur qui me tenait éveillée, la violence sous-jacente de ma situation.
    Les contre-coups d’un mauvais sommeil sont en effet très handicapants.

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui j’attends les résultats d’analyse de sang pour voir si je n’ai pas de carence.
      Je travaille sur tous les plans pour améliorer mon sommeil ^^.

      Je suis désolée que tu aies vécu tout ça mais c’est pour le meilleur maintenant

      Merci pour ton écoute et ton soutien ❤️

      J'aime

      1. C’est une bonne chose. En cherchant on trouve et on avance vers un mieux être.
        Je crois que je devais vivre ça – bien sûr ça me semble à des années lumières de ma vie actuelle!!

        Prends soin de toi, tu vas y arriver et un jour tu regarderas en arrière avec le sourire.

        Je t’embrasse bien affectueusement.

        Aimé par 1 personne

    1. Haha c’est une idée
      Pendant une période assez longue j’étais en insomnie. Maintenant je m’endors mais mon sommeil est pourri.
      Peut on dire que j’ai tenté d’inverser la tendance en ne dormant pas grâce a mes insomnies ?

      J'aime

      1. Ça n’était pas simplement pour rire. Et non : je ne crois pas que subir ses insomnies soit la même chose que les devancer : je voulais dire : tu décides de passer une nuit blanche… Il faut le faire avant la week-end ou pendant des vacances, je suppose

        Mais je ne suis pas du tout médecin. Parles-en d’abord à ton psy.

        Aimé par 1 personne

        1. Je ne pense vraiment pas que ça m’aidera.
          Je suis dans un état d’épuisement assez avancé.
          Des nuits blanches passées je connais trop bien et pour le moment je ne peux vraiment pas en subir.

          Ma psychologue me dit qu’il sera peut être important que je prenne des somnifères. Alors qu’elle n’est pas pour. Mais dans mon cas, elle pense qu’il le faudrait pour que je puisse dormir paisiblement et reprendre un cours normal de sommeil.

          Aimé par 1 personne

  4. Chère Vae… je te souhaite de tout mon coeur de trouver une solution pour retrouver un minimum de sommeil.
    C’est tout bonnement insupportable d’être complètement épuisé. Tu as droit au repos. Au vrai repos. De regarder la vie en face et de pouvoir lui sourire tout simplement… je te soutiens de tout mon coeur.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je n’ai même plus de mot pour dire à quel point je suis épuisée. Je suis a bout. Les gens minimisent mes symptômes. Tout le monde d’ailleurs.
      Rien que de me lever est devenu quelque chose de surhumain pour moi. Ils se rendent pas compte..

      Merci Marie ❤️

      J'aime

  5. Coucou la belle.
    Mon fils a eu des soucis de sommeil, aujourd’hui résolu et si je ne suis généralement pas favorable aux médicaments, dans ce cas là l’usage de somnifères a été bénéfique.
    Courage et toutes mes pensées t’accompagnent.
    Ps pour ton damoiseau je ne crois pas que ton idée tiennent la route…

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou
      Je verrai pour les somnifères. C’est une option dans ma tête pour le moment. Si je dois y passer j’y passerai mais ce serait totalement a contre cœur.

      Merci pour ton soutien

      PS: je sais mais mes pensées s’obscurcit au fur et a mesure que mes nuits deviennent plus courtes et cahotiques

      Aimé par 1 personne

  6. Je pense à toi…
    Le sommeil, c’est essentiel…
    Que dire…
    Je comprends tellement.
    Les cauchemars, les sueurs, les paniques…
    La fatigue qui s’étend, qui s’étire…
    Les journées qui s’éternisent et qui épuisent.

    Continuent d’écrire. N’arrête pas.
    J’essaie le plus souvent d’être là…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s