Trouble-moi

Vrac

En ce moment, la difficulté est lourde. Mes pensées sont souvent parsemées de noires, bien que j’avance chaque jour. Mais ce combat me fatigue. Je suis tellement effrayée en fin de compte. Tout ce dont j’ai peur en réalité c’est de moi. Je dénigre mes capacités, mes compétences, mes qualités professionnelles, personnelles, humaines.. je suis effrayée par le fait que l’on puisse me faire du mal. J’ai peur de l’impact de mes mots, de mes actes.

Ce qui me fait le plus chier, c’est que je me dis que chaque jour des gens ont certainement les mêmes pensées sauf qu’ils ne restent pas bloqués. Là est mon souci. Je reste bloquée quand je vais mal et je tourne en rond. Rendant la chose d’autant plus nocive car plus tu nourris la bête d’idées noires plus elle grossit et elle aura d’idées noires..

noiraude_gif

J’aimerai pouvoir être différente mais « seule » ce n’est pas évident. Depuis novembre je n’ai pas vu ma psy, qui a une excuse pour chaque rendez-vous. Je vous avoue que je perds patience et que j’ai besoin de ce suivi psychologique. C’est ce qui me permet de remettre les choses au clair dans ma caboche et de ne pas me malmener. Et plus le temps passe sans suivi, plus mes pensées deviennent sombres.

Lui, est bien présent. A me rassurer, à trouver du temps pour me dire des mots doux et réconfortants. A me dire que je ne suis pas stupide ni une incapable. A me faire une étreinte alors que je cherche à me cacher dans mon nez. Il essaye de tout faire pour me mettre a l’aise et être mieux. Mais je me dis que ce n’est pas son rôle. Et je me retrouve à culpabiliser de lui faire vivre ce calvaire.

Ça me fatigue sincèrement d’avoir des pensées ainsi. J’en tombe malade. Il est clair que je veux avancer. Certains se diront certainement que je me complais dans ma situation. Je vous assure que c’est inconfortable et lorsque je suis au plus haut stade de mal-être, j’ai juste envie de disparaître comme par magie.

J’aimerai écrire des articles en mode Xena la guerrière, mais il faut tomber pour pouvoir se relever. Je suis dans un moment de creux. Besoin perpétuel de me recentrer parce que les pensées se barrent dans tous les sens.

On discutait rapidement de la mort avec mon Damoiseau. En fin de compte, j’ai bien plus peur de moi que de la mort. Une fois mort il n’y a plus à se prendre la tête, a se stresser, on est morts. Mais moi, putain de moi, il me torture en permanence. Donc difficile à croire mais je me fais peur bien plus que la propre mort.

Publicités

13 commentaires sur “Vrac

  1. C’est difficile de vivre avec ses angoisses, ses peurs, les idées noires. J’ai des moments comme ça, j’en ai toujours eu, où la réalité m’apparait trop dure, des moments où je pourrais tout arrêter tellement je souffre. Pourtant en regardant ma vie, les personnes qui la composent, mes joies, mes talents, je sais que j’ai tout, que je peux tout. Mais dans ces heures là, je perds pied, je ne me reconnais plus, je coule, je m’écroule.
    Il est clair que tu as besoin d’aide, et pas d’une aide en dents de scie. Tu as besoin de quelqu’un sur qui tu puisses compter, une personne extérieure qui soit là pour que tu puisses lâcher tout ça.
    Tu avances c’est certain. Le processus de guérison d’un traumatisme est un chemin parsemé d’embûches.
    Je t’envoies plein de tendres pensées. Et plein de pépites d’amour aussi pour les jours plus difficiles.

    Aimé par 1 personne

    1. Ton commentaire me rassure. Parce que j’ai très clairement conscience de ma chance. J’ai un amoureux, un toit, une famille, un félin… J’ai tout pour être heureuse. Sauf moi qui me détruit parce que .. parce que je ne sais pas.
      Mais tout comme toi, dans ces moments de pas bien, je me perds dans le tourbillon de mal-être. Je me bats contre, mais c’est pas toujours évident. IL doit très souvent me rassurer et ça me fatigue :/

      Voilà. J’ai besoin d’un suivi sérieux.. et c’est pas le cas depuis longtemps.. j’ai pratiquement pas vu ma psy ces 6 derniers mois…

      Merci Marie ! J’espère que ton gros rhume est passé ! Gros bisous ❤️❤️ et merci pour tout

      J'aime

  2. Comme je comprends cette impression de devoir se battre contre soi-même ! Je t’envoie toute ma compassion. Je comprends ton agacement vis à vis de la psy : tu as besoin de ce suivi et tu es en droit de l’exiger ! C’est un de mes regrets, d’ailleurs, de ne pas avoir fait du suivi psy ma priorité, dès le début. Ca m’aurait évité bien des douleurs…

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que c’est le plus dur et douloureux combat. Se combattre soi-même.
      Ce qui m’a le plus agacé concernant la psy, c’est que les rendez-vous sont annulés genre une heure avant l’heure prévue. Selon le moment dans la journée, je peux être déjà sur la route pour éviter les bouchons..

      Je suis désolée pour les douleurs que tu as dû vivre :(. Dis toi, que sans ça, tu n’aurais jamais su que c’était ta priorité !

      Je te fais des bisous et merci pour ton commentaire !

      J'aime

  3. Je suis avec toi… Je comprends tellement ce sentiment de culpabilité. Ce jugement que l’on porte envers soi-même et qui ne fait que nous détruire encore plus. On se juge avant de l’entendre de la bouche de quelqu’un d’autre. C’est comme si notre cerveau nous y préparait… Parce qu’on se dit que, de l’extérieur, on a l’air d’une pauvre fille qui se plaît dans son malheur. Alors qu’on sait très bien que ce n’est tellement pas le cas… Trouver la force de la guerrière ce n’est pas si simple quand on se sent la pire merde au monde. Je crois qu’on a seulement pas le choix de le vivre ce moment de chute et de désespoir, pas le choix… Mais c’est long. Et quand c’est long, on croit qu’on ne s’en sortira jamais. Et alors, le désespoir est encore plus tenace, plus brutal, car il se mélange à l’anxiété qui vient nous tirer encore plus vers le bas. Écrire, c’est une force que tu as… qui te permet, même dans tes moments les plus sombres, de pouvoir prendre le contrôle pendant un instant sur cette tempête qui t’habite. Tu es maître à bord et tu peux décider des mots que tu vas jeter à la mer. Cette force, elle est là. Cette guerrière bien cachée en toi que tu crois éteinte, elle tient l’arme que tu maîtrise avec tant d’habileté. L’écriture, c’est ce qui te fait respirer quand tu étouffes, qui te fais voir la lumière quand tu n’y vois rien, qui te sort de ton isolement et ton sentiment d’impuissance. Tu es bien plus forte que tu ne le crois! Et tu n’es pas seule, car tu as cette petite armée, dispersée un peu partout sur la planète, qui croit en toi et qui retrouve ses forces à la lecture de tes mots. xxx

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Nat! Ca m’a fait du bien. Ca m’a reboosté
      J’ai failli écrire un article pour te répondre en réalité 🙂
      Tu as totalement compris ma vision des choses. C’est une arme très vicieuse et encrée dans notre âme.. Qu’il vaut mieux dire les choses négatives sur soi, que les autres pensent (ou pas) pour ne pas être plus blessé..

      C’est tellement épuisant..

      Merci de m’encourager. Merci de croire en moi! Ca me donne du courage.

      Gros bisous ❤

      PS: Je t’ai écrit un mail il y a quelques semaines/mois. Mais je n’ai pas eu de retour, je ne sais pas si tu l’as bien eu du coup ^_^.
      En tout cas, je ne t’oublie pas, et j’espère que tu vas bien.
      Je te fais d’énormes bisous !!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s