L'après Bataclan

J’accuse

J’accuse le coup.. de la difficulté de vivre avec mes symptômes. Vous connaissez en partie mes symptômes si vous me lisez régulièrement.

C’est tellement dur par moment.. sincèrement cette année cela a été extrêmement rude pour moi. Mes symptômes post-traumatiques liés à la date anniversaire se sont manifestés bien plus tôt que les années précédentes. J’ai été épuisée, très épuisée par eux. J’ai été parfois même difficile avec les autres qui avaient des problèmes. Parce que je ne suis pas en capacité de gérer mes symptômes alors les leurs. D’ailleurs ce n’est pas mon « devoir », c’est celui d’un psy. Mais ça a souvent été très mal pris. 

Mon corps entier a été violenté. Du coup mon esprit également. J’ai lutté toute cette fameuse journée pour ne pas sombrer dans les idées noires. Je suis partie prendre l’air dans un autre pays pour me changer les idées. J’ai fait du shopping enfin j’ai plus flâné qu’autre chose. Sauf que mes nerfs étaient à vif. Je bouillais de l’intérieur. Je pleurais de l’intérieur et parfois de l’extérieur. Tout m’irritait. Tout m’agacait. Tout. Et surtout moi.

Mon cher et tendre damoiseau a tenu à être présent pour moi, ce 13 novembre 2018. Je ne sais pas si c’était une bonne idée. C’est évident que j’avais besoin de sa présence. Mais j’étais nocive pour lui. Sa plus grande qualité est d’être une personne patiente et calme. Et heureusement, parce que je n’ai pas été évidente à vivre mardi. J’ai été dure avec moi-même et avec lui.

J’ai cherché, inconsciemment, à le provoquer. Je cherchais le conflit, bien que cela ne serve à rien parce que ça lui passe au-dessus tel un vieux pet. Je voulais qu’il me déteste autant que je me déteste. Je voulais « le sauver » de moi, de ma nocivité. Je ne voulais pas qu’il subisse, qu’il me subisse.

La fin de journée était tellement dure, je recevais des messages de par et d’autres, mais surtout de Paris. Et je n’y étais pas. Les cérémonies étaient passées, ils étaient tous bourrés pour fêter la vie. Moi j’étais en train de me noyer dans mes idées noires.

Je n’étais et je ne suis pas en capacité d’aller à Paris, c’est une contrainte hors norme pour moi. Mais j’aurai voulu passer un bout de temps avec mon meilleur pote et mon homme. Juste eux.

La soirée a été une catastrophe. La haine était en moi. Comment je peux respirer alors que trois ans auparavant, les gens se faisaient massacrer sous le nom d’un crétin mystique?

Je n’arrivais pas à passer au dessus. Je n’avais plus envie d’être, je ne voulais plus. Mon damoiseau était présent mais je ne voulais juste qu’une balle perdue du 13 se loge dans ma cervelle pour apaiser tout ce merdier. Je voulais disparaître et ne plus faire souffrir les miens.

Le lendemain, 14 novembre 2018, je suis éreintée par cette violence que je me suis infligée. Je suis fatiguée par tout ça. J’en veux parfois aux gens d’être aussi ignorants, et en même temps je ne peux pas leur en vouloir. 

Prenez conscience que c’est une journée violente pour moi. Mon corps, mon esprit, mon âme se souviennent. Ce jour précis, ils revivent intensément. C’est clairement impossible de vous expliquer. C’est un jour particulier pour la France, mais la souffrance/le combat enduré chaque jour m’appartient.  

Je suis plus forte que ça, mais bordel j’en chie

 Le sommet de l'Ama Dablam (6 818m), dans la chaîne de l'Himalaya 🏔  Daily #Inspiration. 📷 by Pierre Meyer Photography.jpg
Le sommet de l’Ama Dablam (6 818m), dans la chaîne de l’Himalaya 🏔 Daily #Inspiration. 📷 by Pierre Meyer Photography – Les Others

 

Publicités

18 commentaires sur “J’accuse

  1. Ton homme est compréhensif, c’est bien parce que malheureusement tout le monde ne le serait pas (tu en as fait l’expérience il me semble, c’est ta belle-mère ou ta tante qui était jalouse que tu partes dans les îles ? Je ne me souviens plus mais bref, tu m’as comprise ! ;-)).

    J’espère vraiment qu’avec les années cette terrible journée deviendra moins douloureuse à vivre pour toi…
    Cœur avec des paillettes partout et plein de licornes joyeuses qui bondissent sur des arcs-en-ciel en compagnie des bisounours (je sais pas si cette ligne t’a fait du bien mais moi ça m’a bien fait rire de l’écrire ^^)

    Aimé par 1 personne

  2. Je pense que beaucoup de personnes ne peuvent pas comprendre. Un traumatisme est propre à soi. Quand on en a vécu un, similaire ou pas, on arrive à imaginer. Certaines personnes ne le souhaitent pas non plus…
    Je te l’ai déjà dit je crois mais 3 ans c’est court vu ce que tu as vécu et la manière dont ça a impacté ta vie. Chaque jour qui passe tu t’éloignes de ce drame et pourtant il ne disparaitra jamais de ta vie.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est évident, mais par rapport le manque d’empathie me brusque. Je n’ai pas besoin que m’apitoie mais pas non plus que l’on minimise ce que je vis. Apres comme tu le dis certaines personnes ne souhaitent pas imaginer.

      C’est court et long. Je suis pas assez indulgente avec moi meme

      Merci pour ton message très juste Marie !
      ❤️❤️

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s